Danser enceinte, c'est oui ou quoi?

Dans nos classes, on a une belle gang de filles entre 25 et 45 ans, ce qui veut dire quoi? BABY BOOM! Chaque semaine, des clientes viennent nous voir avec leur belle nouvelle et nous demandent: “Faque je fais quoi? Je reste chez nous? Mais ça me tente pas! NO WAY JOSÉE!” . Et nous, on répond T’AS BEN RAISON MA BELLE SONIA. Évidemment on aura préalablement vérifié que la grossesse de Sonia ne présente pas de contre-indications à l’exercice.

Donc quelles sont les considérations à garder en tête quand on a une brioche dans le four et qu’on a le goût de continuer les classes?

1) Être active enceinte: C’EST OUI!

Le temps où on disait à nos grands-mères de rester tranquilles enceintes, C’EST F-I-N-I! Au contraire, c’est hyper important pour les femmes enceintes de maintenir un niveau d’activité physique régulier. Bouger enceinte peut réduire la durée du travail, réduire les douleurs articulaires, les maux de dos, de tête, la sensation de souffle court et même la fatigue qu’on ressent souvent au premier trimestre. Une activité physique d’intensité moyenne pratiquée à raison de 150 minutes par semaine réduit les risques de prééclampsie, de diabète de grossesse, de dépression (!) et d’hypertension. Même pour mini, c’est l’idéal: les femmes qui font de l’activité physique pendant leur grossesse sont moins à risque d’accoucher d’un bébé à poids trop faible ou d’accoucher prématurément. Selon Santé Canada, les bienfaits de l’activité physique sont plus importants que les risques et TOUTES les femmes ayant une grossesse sans contre-indications devraient bouger: en fait, il y a beaucoup plus de risques liés à la sédentarité! Of course, il est pri-mor-dial de consulter ton ou ta spécialiste de la santé et d’être à l’écoute de ton corps. Au premier trimestre, de nombreuses femmes éprouvent une fatigue accrue, faque si c’est d’un bon bain chaud que tu as besoin, flushe-moi la classe de ballet pour ce soir! #noshame.

2) Quoi favoriser

Il n’y a pas de danger à poursuivre le ballet enceinte (encore une fois, quand on parle d’une grossesse normale et selon l’avis de ton ou ta spécialiste de la santé). On peut certainement poursuivre les cours à la barre et au centre, et contrairement au mythe, on peut COMMENCER le ballet enceinte, à condition d’y aller doucement, pour rejoindre les recommandations en termes d’activité physique. C’est cool d’ajouter aussi des activités complémentaires comme la natation, le vélo ou toute activité cardio et/ou musculaire comportant moins de risques de chute. Tu préfères la course? Pas de soucis, si ton corps est habitué d’en faire régulièrement. Les sauts ne sont pas à proscrire, selon le Dr Michael Kramer, professeur de pédiatrie, d'épidémiologie et biostatistiques à l'Université McGill. On te recommande donc des activités cardio-vasculaires et musculaires, qui peuvent être accompagnées d’étirements doux de style ballet, yoga ou pilates. Tu vas voir que ta souplesse risque de s’améliorer durant ta grossesse: c’est un phénomène normal, et c’est ben l’fun, mais attention à t’étirer doucement, correctement et en contrôle.

3) Quoi éviter

Les petites choses à éviter quand on est enceinte, au ballet (une autre fois, on parlera d’entraînement!):

  • Tout ce qui rapproche les hanches des épaules: éviter cette position aide à limiter les dégâts liés à la diastase des grands droits (et crois-nous, le moins de diastase tu auras après ton accouchement, le mieux tu te porteras!)

  • Les exercices à plat ventre / sur le dos, style barre au sol: question de confort pour le ventre, et sur le dos, on évite une position prolongée à partir du 4e trimestre.

  • L’intensité: on essaie de s’en tenir à une intensité moyenne dans notre pratique de l’activité physique, c’est comme ça qu’on va profiter des bienfaits de l’exercice de façon sécuritaire.

  • Les équilibres pas safe: On a une cliente assez avancée qui faisait son pied à la main en équilibre à 8 mois de grossesse (et qui le fait encore aujourd’hui, avec son petit en porte-bébé!) C’est toi qui sait où sont tes limites et tes habilités, mais il est certainement plus safe d’avoir un appui pas loin - une barre, une chaise, un ami) pour réduire le risque de chutes. N’oublions pas que notre centre de gravité change durant la grossesse et peut nous déstabiliser! Même histoire pour les tours, pirouettes et grands sauts: seulement si tu es habituée d’en faire, et idéalement avec un appui pas loin!

Dans un prochain article, on abordera la gestion de l’entraînement post-natal. Finalement, un petit message aux futures mamans dans la salle: VENEZ DONC NOUS VOIR avec mini quand il ou elle sera né.e! On ADORE avoir des bébés dans nos cours! ♡ D’ici là, profitez de votre grossesse! #queens

Pour des recommandations pas mal éclairées en termes d’entraînement en péri-natalité, on aime bien Bébécardio, Naître et grandir et Kino-Québec.